Aller au contenu
Accueil > Escapades en France > Mes articles de blog : Corse > 3 jours de randonnée sur le GR20 en Corse

3 jours de randonnée sur le GR20 en Corse

sentier GR20 Corse

Le GR20 j’en ai entendu parler à maintes reprises. GR qui veut dire sentier de “Grande Randonnée”, 20 pour celui de Corse. C’est l’un des plus difficiles d’Europe à ce que l’on dit. Il traverse la Corse du nord au sud sur près de 180Km. Quinze étapes, 1 par jour en principe mais certains le font en 5 ou 7 jours selon le niveau sportif et l’envie d’aller plus vite.

Il y a quelques années, je me souviens avoir regardé un reportage à la télé à la suite duquel je m’étais dit “il faudrait que je fasse le GR20 un jour”. Une phrase lancée, comme ça et qui ajoute une expérience de plus à la liste des choses que j’aimerais faire sans savoir quand. Plus récemment, un de mes amis m’avait raconté son parcours sur le GR20 qu’il avait réalisé en 15 jours. Ses photos m’ont émerveillées ce qui avait relancé l’idée du projet sur le moment et puis comme souvent, on zappe et on passe à autre chose…

Mais voilà, cette année, j’ai eu la chance de me rendre en Corse à 2 reprises. La première en mai pour participer au salon des blogueurs de voyage. C’était une première pour moi et bien que je n’aie pas vraiment eu le temps de visiter l’île, j’ai eu un réel coup de cœur. Et il y a un mois, mi septembre, je suis repartie et cette fois pour découvrir la montagne corse. On parle souvent des plages magnifiques, mais il ne faut pas oublier que la Corse est une île montagneuse, un paradis pour les randonneurs !

Pour cette petite escapade sportive, on m’a proposé de rejoindre un groupe composé d’autres blogueurs pour 3 jours de randonnée sur le GR20 accompagné d’un guide. C’était l’opportunité à ne pas rater alors j’ai dit oui sans hésiter malgré mon manque d’entrainement sportif. Je vous avoue qu’à 2 jours du départ, j’ai commencé à questionner tout mon entourage sur la difficulté du GR20. N’ayant pas été très active durant l’été, les étapes de plus de 7 heures par jour avec des dénivelés de 800m minimum ont commencé à me faire peur 🙂

Le jour J, départ depuis Grenoble pour Bastia

Ce matin là, j’ai pris la matinée pour finaliser mon sac à dos. En rando et sur plusieurs jours, chaque gramme compte alors j’ai mis, enlevé, mis de nouveau pour finalement abandonner certaines choses lorsque je me suis aperçue du poids final du sac. Je n’ai donc pris que l’essentiel pour voyager le plus léger possible. A 5 minutes du départ, il fallait bien qu’il y ait un couac, impossible de retrouver mes chaussures de randonnée qui sont normalement bien rangées sur une étagère avec tout l’équipement sportif. Pour une rando comme le GR20, il est important d’avoir de bonnes chaussures, alors ne les trouvant vraiment pas, j’ai du filer en acheter d’urgence loupant mon TER qui devait m’emmener à Lyon. A la place, j’ai fait un saut dans le premier magasin de sport sur la route et me suis rendue à Lyon en voiture pour attraper le TGV qui m’emmènerait à Toulon, lieux de rendez-vous avant de prendre le ferry.

C’est en fin d’après midi que j’arrive sur le port de Toulon, je suis la dernière du groupe à arriver. Les présentations faites, nous ne perdons pas de temps et allons directement au ferry Corsica Ferries pour l’embarquement.

 Corsica Ferries

C’est la seconde fois que je prends le ferry avec Corsica Ferries. La compagnie propose plusieurs options pour faire la traversée : avec une voiture (ce qui augmente la note mais vous aurez votre véhicule sur place), en louant une cabine (ce que je vous recommande afin de bien vous reposer durant la traversée) ou en louant simplement un fauteuil (ce qui permet toujours d’être assis confortablement dans une salle). Pour les petites bourses, il faut savoir qu’on peut juste payer sa traversée sans prendre l’une de ces options. Beaucoup le font notamment l’été. On trouve alors pas mal de monde installé dans un coin du bateau prêt à passer la nuit sur un matelas et dans un duvet. C’est une solution économique qui me semble pas mal si on n’a pas forcement les moyens mais qu’on veut se payer des vacances sur l’Ile de Beauté. Pensez sinon à réserver le plus tôt possible, vous aurez ainsi des tarifs plus avantageux.

[box type=”info”]Corsica Ferries
Départ depuis Toulon ou Nice pour la Corse
Réservation en ligne : www.corsica-ferries.fr
[/box]

Pour cette traversée de nuit, j’ai partagé ma cabine avec Aurélie. A deux, la cabine est correcte : 2 lits, une table et une petite salle de douche avec wc. J’avais fait la traversée à 4 dans une cabine en mai dernier, ça avait été bien juste en terme de place notamment avec nos valises. Au retour, j’ai voyagé seule dans une cabine, c’était royal !

Cabine Corsica Ferries

Avant d’aller dîner dans l’un des restaurants du ferry, nous avons eu la chance d’assister au départ au poste de commandement avec le commandant de bord  lui même.

Lumière éteinte, la concentration est au maximum. On se fait tout petit pour observer sans déranger. La manœuvre se fait en douceur, comme une simple formalité.

Poste commandement ferry

Nous redescendons ensuite à l’étage inférieur pour un dîner dans l’un des restaurants du ferry. Il y en existe plusieurs et pour toutes les bourses. Ce moment convivial sera l’occasion pour nous de (re)découvrir des spécialités corses pour se mettre dans l’ambiance des 3 prochains jours !

Jour 1 : Arrivée à Bastia et 1ère journée sur le GR20

Après une courte nuit, une douce voix accompagnée d’une musique classique résonne à travers les hauts parleurs pour nous annoncer l’arrivée imminente à Bastia (Mesdames et zé messieurs il est 5h30 … ) Une fois que vous aurez vécu ce genre de réveil, vous ne l’oublierez pas de sitôt je vous le garantis, c’est vraiment très drôle ! (on en a rigolé durant tout le voyage)

Petit déj, débarquement et nous voilà déjà installés dans un minibus pour finir notre nuit avant d’arriver à Calasima, petit hameau perdu à 2h de route de Bastia où nous débuterons notre marche.

Il fait un temps magnifique et presque trop chaud pour marcher. Dès nos premiers pas, je suis surprise de découvrir des cochons sauvages endormis au bord de la route. Ils se fondent dans le paysage ce qui fait qu’on les remarque à peine. Il faut ouvrir l’œil 🙂

Cochons corses

C’est là que commence réellement notre périple. Nous vérifions tous nos sacs, mettons nos chaussures de marche et partons d’un pas enjoué en direction du GR20. Il nous faudra emprunter une petite route puis un chemin “confidentiel” (dixit notre guide) avant de rejoindre le sentier de grande randonnée.

Départ randonnée Corse

Après un bon moment de marche à travers la forêt de pins, nous arrivons enfin sur le GR20. Le marquage rouge et blanc sur cet arbre en témoigne. Jusque là, pas de difficulté particulière. Nous sommes heureux d’être ici et très à l’écoute de notre guide qui nous donne toutes sortes d’infos et anecdotes. C’est l’avantage d’avoir un guide !

Sentier GR20

En sortie de forêt, le paysage se transforme et nous laisse tous émerveillés par la vue grandiose. Les montagnes sont impressionnantes et la végétation luxuriante.

Paysage GR20 nord

L’heure de la pause déjeuner vient couper notre randonnée et ce n’est pas sans plaisir que l’on se pose à l’ombre des pins. Du bon pain, de la charcuterie corse, du fromage et même du vin accompagnent notre pause. Nous nous délassons avant de reprendre notre route qui va nous mener jusqu’au col de la Bocca Foggiale où nous trouverons notre refuge pour la nuit.

Charcuterie corse

Notre marche reprend doucement au rythme de nos arrêts photos. Comment résister devant un tel spectacle ? Photographier les paysages est ce que je préfère, alors je me fais plaisir sans aucun scrupule !

Paysage gr20 nord

Pour atteindre le col de Bocca Foggiale qui culmine à 1962m2, le chemin est pentu et il faut parfois mettre les mains pour monter, c’est presque de l’escalade sur certaines portions mais l’accès se fait bien et est accessible sans soucis.

En arrivant au col, le vent est violent mais nous profitons de la vue grandiose pour nous rendre compte du chemin parcouru aujourd’hui.

Col Bocca Foggiale

Il ne nous reste plus que quelques mètres pour atteindre le refuge de Ciottulu di mori. Celui-ci est le plus haut du GR20, il se trouve à presque 2000m d’attitude.

refuge GR20 de Ciottulu di mori

Une fois arrivés, nous déposons nos affaires et prenons une pause bien méritée accompagnée d’une bière locale. Nous sommes fatigués mais content de notre première journée. De mon coté, ce sont mes pieds qui souffrent après cette journée de marche mais avec une nuit de repos, je suis plutôt confiante pour la suite.

Malgré la fatigue, nous profitons de chaque moment et c’est avec le peu d’énergie qu’il nous reste que nous repartons en quête d’un bon point de vue pour voir le soleil se coucher. C’est aussi le moment où chacun tente de joindre sa famille pour donner des nouvelles. Il y a peu de réseau téléphonique sur le GR20 mais nous avons malgré tout réussi à y accéder à certains endroits.

Nous atteignons le bout du chemin où l’on découvre une merveilleuse vue sur la mer et les calanques de scandola.

Calanque de Scandola

Pour passer la nuit au refuge, deux options s’offrent à nous : le dortoir ou les tentes. Nous avons opté pour la seconde solution, je crois que nous avons tous eu peur des ronflements ! Mais avant d’aller dormir, nous avons soupé au refuge. Une cuisine simple et locale proposée chaque soir à un tarif abordable.

[box type=”info”]Refuge de Ciottulu – Infos pratiques :
Nuit en dortoir : 14€ par personne
Location d’une tente et un matelas : 11 €
Bivouac : 7 € par personne
Menu à 20 € ou plats à la carte.
Petit déjeuner 8 €
[/box]

[box type=”note”]Bilan de la journée
Calasima > Ciottulu di i Mori
Environ 9km pour +980 de dénivelé
Ressenti : Une bonne journée de marche avec une dernière partie en montée assez longue mais sans difficulté majeure. Les paysages sont magnifiques et font oublier la fatigue.
Mes chaussures neuves ne m’ont pas posé problème mais j’ai par contre des douleurs assez soutenues sous les pieds, un problème déjà detecté lorsque je marche longtemps.[/box]

[button link=”https://www.je-papote.com/randonnee-gr20-en-corse.html/2″]Lire la suite > Jour 2[/button]

Pages : 1 2 3

13 commentaires sur “3 jours de randonnée sur le GR20 en Corse”

  1. Hello Chloé, Je n’ai plus les contacts car ca commence à dater mais le mieux à mon avis c’est de faire une petite recherche sur Google. Il existe des agences spécialisées et qui te permettent de partir en groupe 🙂

  2. Bonjour, je serais intéressée pour faire le même type de trek, sur 3 jours car je pars en vacances avec mes parents en Corse pendant deux semaines fin août-début septembre. Pouvez-vous me donner des conseils et m’indiquer à qui je peux m’adresser pour des randonnées en groupe?

  3. Je suis désolée Stephanie, je n’ai pas vu ton commentaire dans les temps ! Le GR peut se faire sans guide, beaucoup le font mais il faut je pense avoir l’habitude de la montagne. Y es tu allée depuis ton commentaire ?

  4. Bonjour Céline,
    Merci d’avoir partagé ton périple! A la recherche d’une rando de 3 jours, en partie sur le GR 20, ton article donne envie de faire celle-ci. Est-ce qu’on peut la faire sans guide tu crois? Et aurais-tu encore les coordonnées du guide?
    Merci d’avance, Stefanie

  5. Hello
    Pour ma part j’avais dormi au refuge de Manganu un peu plus loin, j’ai entendu que du bien des propriétaires de Vaccaghja ! J’ai la même photo que toi du lac de Nino avec sa source 😉 super récit merci

  6. La plus journée de ce séjour! L’arrivée en fin de journée sur le lac était vraiment extraordinaire, cela reste un de mes meilleurs souvenirs 🙂

  7. On a bavé (enfin moi en tous cas) ce premier jour, mais ça valait le coup car la vue au sommet était à couper le souffle!

  8. domergue christa

    Moi je suis une randonneuse raide dingue, j’ai fait le GR20 (oui c’est dur) mais j’ai fait de belles randonnées dans le mercantour, dans la vallée de L’ubaye, dans la vallée de clarée (nevache), dans les pyréennées et j’ai deux conseils pour vous! OUI faites le GR20 ou un autre ils sont tous beaux, le plus dur c’est …. les trois premiers jours. Après tout notre corps est habitué et ne sent plus rien, c’est vrai je le jure. Et pour ne pas avoir mal aux pieds une astuce : tous les matins je passe mes chaussettes au savon de marseille et je n’ai jamais eu quoi que ce soit au pied. J’ai été essoufflée, j’ai eu mal au dos parfois, mal aux jambes mais jamais rien aux pieds. Donc ça vaut le coup d’essayer. Happy trails=bonne continuation pour les futures randonnées!!!!

  9. Très sympa de revivre tout ça encore une fois, et je confirme que la descente de ce col n’était pas une sinécure !
    On a choisi la même photo de hublot embuée 🙂

  10. Ahlala juste canon, même si j’imagine très bien la fatigue (et je confirme, ta cabine de retour avait l’air limite grand luxe pour corsica ferries héhé) 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.